Les gestes justes du jardinier

D’agrément ou potager, le jardin se mérite souvent au prix de douleurs physiques. Tailler les bosquets, fleurir les plates-bandes ou désherber les rangs de fraisiers réclament force physique, souplesse et endurance. Ces activités se traduisent trop souvent par un mal de rein, des poignets douloureux ou des genoux engourdis. Pourtant, une attention particulière à la position du corps et de ses mouvements peut éviter ces désagréments.

En position debout, plier les jambes et mobiliser la force du bassin maintient la colonne vertébrale à la verticale évitant ainsi de trop solliciter les vertèbres lombaires. S’asseoir sur un petit tabouret ou poser ses genoux sur un support permet de travailler plus à l’aise au ras de la terre. A chacun, selon sa physiologie, de découvrir les positions et les aménagements qui lui conviennent, même si certains semblent incongrus ! Tant pis pour l’auguste geste du semeur ! Et surtout, accordez-vous régulièrement des pauses et prenez votre temps, c’est là que se niche le plaisir « durable » du jardinage.

Ce contenu a été publié dans bien-être. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.